• La Provence

CORONAVIRUS - FOOTBALL : "SOLIDAIRE AVEC TOUT LE CORPS MÉDICAL"

Avec sa famille, le footballeur, originaire de cette commune a fait un don à l'Ehpad Marie-Gasquet de Saint-Rémy, où son grand-père a été très bien entouré par le personnel soignant avant de décéder récemment


"C'est une façon de manifester notre soutien dans ces moments très compliqués", confie le joueur de Montpellier, Jordan Ferri, dont les paroles ont été suivies d'un acte fort avec ce chèque remis à l'Ehpad Marie-Gasquet, en présence de ses parents et du maire de la commune, Hervé Chérubini.



Il reste viscéralement attaché à Saint-Rémy-de-Provence. C’est là qu’il a grandi. Et c’est là qu’il revient. Toujours. Auprès des siens, de ses amis. Là-bas, au pied des Alpilles, il y a ses parents, Jean-Claude et Laurence, sa sœur, Léa. Il y a toute sa famille.


Il y avait aussi "Jeannot", son grand-père. Celui-ci s’est éteint, voici deux semaines, à l’Ehpad Marie-Gasquet où il était hospitalisé depuis quelques mois. Jusqu’à son dernier jour, "Jeannot", qui n’a pas été emporté par le coronavirus, a parfaitement été entouré par un personnel soignant doublement investi en ces temps de crise sanitaire.


Chez les Ferri, on n’oubliera pas ce dévouement de tous les instants, malgré des conditions de travail si particulières. "Mon père a observé tout ce qui a pu être fait pour mon grand-père et pour les autres pensionnaires de cet Ehpad, en cette période tellement difficile, raconte Jordan Ferri. Alors, en discutant avec lui, ma mère et ma sœur, on a décidé d’aider cet établissement, mais aussi son personnel qui s’est montré extrêmement attentif et bienveillant durant l’hospitalisation de mon grand-père. À nos yeux, il s’agissait de la meilleure chose à faire pour épauler ces gens formidables. Pour nous, c’est une façon de manifester notre soutien dans ces moments très compliqués." Celui-ci a pris la forme d’un don (un chèque de 10 000 euros) qui sera reversé en partie au personnel de l’Ehpad Marie-Gasquet et servira également à financer l’achat de matériel de santé.


"Il faut saluer les mérites d’une profession aujourd’hui en première ligne dans une situation sanitaire très complexe, souligne le Saint-Rémois passé par Lyon (2007-2018), puis Nîmes (nov. 2018-juin 2019), et désormais à Montpellier. Personnellement, je me considère comme un privilégié et il est donc de mon devoir de faire part de ma solidarité à l’égard des soignants et de tout le corps médical qui ne comptent pas leur temps auprès des patients. Ils sont au front; ils prennent des risques pour nous. Avec ma famille, on souhaitait les aider. Surtout à l’heure actuelle où, en pleine pandémie, ils accomplissent un travail extraordinaire pour que l’on puisse sortir de cette épreuve."


Jordan Ferri la vit depuis sa maison de Montpellier où il est confiné depuis maintenant cinq semaines. "Sur un plan général, la situation me préoccupe; elle bouleverse nos existences, relève-t-il. D’un point de vue purement personnel et professionnel, c’est évidemment déstabilisant, car le footballeur que je suis ne peut pas pratiquer ni son métier et ni sa passion. C’est un tout autre mode de vie et il faut s’y habituer. Justement, le plus important, c’est de respecter les consignes de confinement. C’est le meilleur moyen d’en finir avec cette pandémie. Je m’efforce donc de m’y appliquer au quotidien. En tout cas, j’espère qu’on ressortira tous de cette période plus forts. Plus solidaires aussi." Jordan Ferri et les siens montrent l’exemple.



"Prêt à reprendre si les conditions de sécurité sont respectés"


À l'arrêt depuis le 14 mars, la saison 2019-2020 reprendra-t-elle en Ligue 1 ? Et si oui, à quelle date précisément ? Ces questions restent en suspens. Les réponses dépendent surtout de l'évolution et des modalités de la phase de déconfinement à partir du 11 mai.


Le sujet, en tout cas, fait débat parmi les clubs. Faut-il vraiment redémarrer cet exercice 2019-2020 ? Est-ce que toutes les conditions sanitaires seront réunies au moment d'une éventuelle reprise des entraînements et du championnat ? Est-ce que tout ça est bien raisonnable, finalement ? "Personnellement, je suis prêt à reprendre si tout simplement les conditions de sécurité pour les joueurs et les membres du staff sont respectées, indique Jordan Ferri. Ce qui m'importe le plus, c'est la sécurité de tous les acteurs du monde du foot. Si celle-ci est garantie, reprendre la saison et la compétition ne me posera pas de problème."


Dans l'attente, Jordan Ferri continue donc de se préparer chez lui. "Je me maintiens en forme pour être opérationnel dès qu'une date de reprise des entraînements collectifs et des matches sera fixée officiellement."



"Je n'ai pas le droit de me plaindre"


Confiné à son domicile montpelliérain depuis mi-mars, Jordan Ferri fait preuve de patience. Il n'a pas le choix. "J'essaye de relativiser, tient-il à souligner avec la plus grande sincérité. En tant que footballeur professionnel, je suis un privilégié. J'ai la chance de vivre dans une maison avec jardin où je peux passer des moments agréables à l'extérieur."


Le quotidien du milieu de terrain de Montpellier (28 ans) est rythmé par une grosse séance de travail, dont le contenu est transmis par le préparateur physique du club héraultais. Comme l'ensemble de ses coéquipiers, le Provençal est également en contact, chaque semaine, avec le coach Michel Der Zakarian et le médecin de l'équipe.


"En dehors de ça, poursuit Jordan Ferri, je fais en sorte de m'occuper l'esprit au mieux, en étant vraiment conscient de vivre ce confinement dans de bonnes conditions. C'est la raison pour laquelle je n'ai pas le droit de me plaindre par rapport aux personnes qui vivent cette période dans une tout autre situation."

9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Cet après-midi, Jordan Ferri et Arnaud Souquet se sont rendus à la Maison du Don, siège de l'établissement français du sang à Montpellier. Frustrés de ne pas pouvoir donner leur sang, entraînement quo